La violence conjugale aujourd’hui

Bienvenue sur le site du collectif dédié aux victimes de la violence conjugale. Apprenez nos souffrances, et accompagnez nous à faire changer ça.

 

Les chiffres : 174 décès par an, 48.500 plaintes, 82.250 mains courantes, 92.000 appels au 3919.

 

L’opinion générale de 70% des interviewés ? « si elles prennent les coups, c’est qu’elles les cherchent. Si elles ne partent pas, c’est qu’elles les aiment ».

 

Cette idée moyenne-âgeuse doit changer.

 

Merci à France 2 et à Var Matin, ainsi qu’au Petit Impertinent, qui a cru en moi de suite, et au magazine 100% VRAI

 

http://www.pluzz.fr/toute-une-histoire-2012-05-10-13h55.html

Mots-clefs : , , , , ,

4 Réponses à “La violence conjugale aujourd’hui”

  1. eric dit :

    je suis à 100% avec toi !

  2. eric dit :

    hallucinant les chiffres !

  3. Caro dit :

    Vous avez des doutes sur ces affirmations ? Alors lisez bien ceci :

    « morea – Aujourd’hui à 09:54
    Moi, je veux bien contribuer aux violences faites aux femmes!
    En vous tapant dessus encore plus fort!! »

    (propos déposés sur un blog qui défend la cause des victimes le 22.02.2012)

  4. Laure FamillenDanger dit :

    Bonjour à vous toutes et tous…

    Dans bien des cas de figure,lorsqu’on remonte dans l’histoire de la victime,l’on s’apperçois qu’elle a déjà été conditionné par ce qu’on nomme des PARENTS TOXIQUES à bien des sujets,ce qui démontre qu’un enfant est fragile sur le plan psychologique.
    L’enfant peut être aussi soumis au secret de ce qu’il subie,alors lorsqu’on sait que *le mensonge est le premier secret des adultes*,et que * Les secrets et les mensonges sont sources de névroses*, l’on comprend mieux aussi pourquoi Françoise Dolto à dit un jour:  » les enfants ont besoin de vérités pour grandir » et  » les silences et les mensonges sont sources de névroses ».

    « Marcher vers son identité, c’est prendre conscience de ses racines
    pour être bien dans ses branches… » M. Boigen

    Pour savoir ou l’on vas
    Il faut savoir d’ou l’on viens.

    *Laurence*

Laisser un commentaire